Ceux qui gèrent activement leurs investissements financiers empruntent des voies passionnantes.
Ceux qui gèrent activement leurs investissements financiers empruntent des voies passionnantes. istockphoto
Paid post

Plus de profit avec des actions individuelles

Ceux qui sont satisfaits du rendement habituel du marché investissent dans des fonds indiciels. C'est raisonnable, mais pas vraiment ambitieux. Investir dans des actions individuelles, précurseures des futures mégatendances, c’est plus fructueux.

Les investisseurs peuvent être divisés grossièrement en deux groupes: ceux qui pensent que le marché a toujours raison, qui copient l'ensemble du marché, et ceux qui sont convaincus qu'en sélectionnant activement les bonnes entreprises il est possible d'obtenir un rendement à long terme plus élevé.

Les investisseurs du premier groupe achètent des fonds négociés en bourse, appelés FBN ou ETF en anglais, qui reproduisent passivement un indice et sont donc rentables. Il s’agit par exemple du Swiss Market Index SMI, soit les plus grandes valeurs capitalisées de la Bourse suisse. Ou alors les 500 plus grandes entreprises de la Bourse de New York, le Standard & Poor's 500, etc.

Les investisseurs du second groupe adoptent une approche intéressante. Ils recherchent des sociétés qui promettent un potentiel de croissance élevé à long terme, avec l'intention que cela se reflète également dans la croissance du prix des actions. Certains investisseurs choisissent eux-mêmes leurs actions: peut-être Facebook, Netflix ou Zalando. Ceci car ils ont observé que les Millennials profitent des offres de ces entreprise et qu’elles ont donc un avenir.

Ou encore, comme le font la majorité des investisseurs, ils laissent les décisions aux professionnels. En d'autres termes, ils achètent un panier de croissance, défensif, cyclique, de rendement, etc. Et ce sont alors les gestionnaires de portefeuille qui effectuent la sélection des titres, soit des personnes dont c’est le travail à plein temps de suivre les entreprises et leurs chiffres et qui devraient donc les connaître.

Les fonds passifs, ceux qui suivent un indice, ont des frais moins élevés, généralement un pour cent ou moins du montant de l'investissement par an. Les indices respectifs suivent les entreprises qui ont réalisé des performances supérieures dans le passé, mais aussi beaucoup d'autres qui ont réalisé des performances inférieures. Ainsi, seul un rendement moyen peut être atteint.

Dans le cas des fonds gérés activement, les professionnels mentionnés ci-dessus tentent d'identifier les entreprises dont la rentabilité est supérieure à la moyenne au moyen d'analyses approfondies, avant d'investir dans celles-ci. Par conséquent, les fonds gérés activement sont plus chers et peuvent coûter à l'acheteur environ deux pour cent par an, voire plus. Ces coûts sont entre autres responsables du fait que plus de 80 % des fonds ne parviennent pas à battre le marché au final.

Quelles sont les possibilités d'être plus ambitieux et de battre les marchés?

La réponse est simple en soi: investir dans les bons marchés, industries, devises et, en fin de compte, dans les bonnes entreprises. C'est bien sûr plus facile à dire qu'à faire. Si on regarde vers l’avenir, on observe, parmi les mégatendances à venir, le développement des soins de santé, dû au vieillissement de la population d'une part et à l’avancée de la technologie de l’autre.

Mais comment savoir quelles entreprises seront les joyaux du futur? Il est utile de trouver des marques dont le modèle économique se caractérise par un degré élevé de protection (economic moat) et qui disposent ainsi d'avantages concurrentiels par rapport à leurs rivaux, grâce à des obstacles que sont les brevets ou les licences à long terme, les effets de réseau et les coûts de changement de fournisseur élevés pour leurs clients. L'identification de ces entreprises demande généralement beaucoup de temps, d'expérience et de sensibilité.

À cette fin, un gestionnaire de patrimoine peut être utile. Toutefois, cela doit vous offrir une valeur ajoutée évidente et vous procurer un rendement nettement supérieur à celui du marché. Sinon, autant acheter un fonds indiciel à faible coût.

Les gestionnaires d'actifs qui ont été capables de battre le marché sur une longue période dans le passé et qui poursuivent une stratégie d'investissement solide et compréhensible ont de bonnes chances de réussir à l'avenir également. Cependant, comme nous le savons tous, les performances passées ne sont pas une garantie de performances futures.

Paid post

Ce contenu a été produit par le Commercial Publishing, en collaboration avec Genève Invest. Le Commercial Publishing est le département de Content Marketing qui travaille sur mandat de 20 minutes et de Tamedia.

Genève Invest s'est spécialisé dans le «value investing» en ce qui concerne la sélection des titres. Ce concept d'investissement remonte à la légende de l'investissement Benjamin Graham. L'idée de base est simpl : les entreprises ont une valeur intrinsèque qui peut être déterminée de manière relativement précise sur la base d'une série de données.

Toutefois, la valeur marchande de l'entreprise peut s'écarter considérablement de sa valeur intrinsèque en raison de réactions excessives qui se répètent cycliquement. À long terme, cependant, la valeur marchande et la valeur intrinsèque convergent toujours.

En tant qu'investisseur sur des valeurs classiques, Geneve Invest profite de cet effet et investit spécifiquement dans des actions sous-évaluées ayant un potentiel de rattrapage. Outre leur évaluation favorable, les sociétés intéressantes présentent d'autres caractéristiques qui, bien qu'elles ne rendent pas le cours de l'action résistant aux revers, lui permettent de se redresser.