Helge Müller, directeur général de Genève Invest, ne voit pas l’intérêt d’investir dans des obligations d’État.
Helge Müller, directeur général de Genève Invest, ne voit pas l’intérêt d’investir dans des obligations d’État. Photo: Steivan Bukvic
Sponsorisé

«Nous observons une fenêtre d’opportunité fantastique»

Les gouvernements des États-Unis et de l’UE abaissent leurs taux directeurs. En Suisse, ils restent dans la fourchette négative. Helge Müller, directeur général de Genève Invest, explique comment les investisseurs peuvent en tirer profit.

Helge Müller, la Banque centrale européenne (BCE) vient de resserrer ses taux d’intérêt négatifs. La Réserve fédérale américaine (FED) a abaissé ses taux directeurs et, en Suisse, ceux-ci demeurent inférieurs à 0,75%. Qu’est-ce que cela signifie pour les épargnants et les investisseurs et comment en tirer profit?

L’augmentation des taux d’intérêt négatifs de la BCE entraînera un glissement plus important des rendements des obligations d’État dans la zone négative. Pour les investisseurs privés, de tels placements n’ont plus de sens. La logique d’octroyer 100 francs à l’État, ne percevant aucun intérêt pendant dix ans pour ne récupérer à l’échéance que 95% de cette somme, ne me semble pas évidente. Pourtant, les investisseurs institutionnels injectent toujours des milliards dans de tels investissements. Cette situation ne peut pas laisser indifférents les épargnants. C’est leur argent qui est placé ainsi par les investisseurs institutionnels, les fonds de pension ou les assureurs-vie, par exemple. Les investisseurs privés n’en ont pas encore pris conscience mais de tels placements ne rapporteront que de maigres revenus pendant de nombreuses années.

Vous investissez pourtant en obligations les capitaux des clients de Genève Invest. Le prix de celles-ci sont sensibles à l’évolution des taux d’intérêt – vous et vos clients traversez-vous des moments difficiles?

Comme dans le marché boursier, il existe également différents segments d’investissement sur le marché obligataire. Prenons les obligations d’État: elles ont souvent une échéance à dix ans ou plus. Si un tel emprunteur paie 1% d’intérêt, le prix de l’obligation réagit fortement aux fluctuations des taux d’intérêt, sa valeur peut fluctuer à court terme de 40 ou 50%. Nous nous concentrons sur les obligations de sociétés. Les entreprises privées offrent parfois des taux d’intérêt beaucoup plus intéressants que les pays jouissant d’une bonne cote de crédit, cette différence est appelée prime de risque. Les marchés anticipent actuellement des taux d’intérêt encore plus bas. Ce qui constitue un environnement très encourageant pour les obligations de sociétés: leurs taux d’intérêt vont probablement augmenter.

Ce développement nuit aux épargnants qui ont placé leur argent sur un compte bancaire, mais sert donc les investisseurs qui investissent dans des obligations ou des actions?

J’ai tendance à être prudent lorsque trop de soi-disant gourous de l’investissement sont d’accord ou lorsque trop de clients veulent la même chose en même temps. En fin de 2018, de nombreux investisseurs nous ont demandé de liquider leurs positions en actions. Cela après que les cours avaient chuté assez fortement. Nous avons vu les choses différemment et avons convaincu la plupart de nos clients de conserver leurs titres. Cette prévision s’est avérée exacte à ce jour et tous les principaux marchés boursiers se sont très bien développés depuis.

Une telle approche ne présente-t-elle pas aussi quelques risques?

Nos clients sont généralement prudents. C’est une attitude avisée dans un contexte tendu. Une guerre commerciale se déroule actuellement entre les États-Unis et la Chine. Il devient de plus en plus difficile de savoir comment le Brexit va évoluer. Et on ne sait pas si, ni comment, le nouveau gouvernement italien a l’intention de gérer son budget de manière disciplinée. Ce sont des risques politiques. Il convient toutefois de souligner que, malgré ces prévisions négatives, la croissance économique des principales nations n’a pas faibli. À une exception près: l’Allemagne croît d’un point de pourcentage en moins que prévu. Mais dans l’ensemble, nous sommes assez loin d’une récession.

Qu’est-ce que cela signifie pour Genève Invest et votre clientèle?

Actuellement, nous observons une fenêtre d’opportunité fantastique en raison de la hausse attendue des taux d’intérêt aux Etats-Unis. Aujourd’hui, les obligations à longue échéance ou sans date de remboursement fixe de sociétés américaines en bonne santé versent des taux d’intérêt annuels de 6% et plus, en dollars. Par mois, cela équivaut à au minimum autant que ce que beaucoup d’investisseurs gagnent sur une année avec des investissements en Europe ou en Suisse. Ajoutez à cela la croissance potentielle des prix, qui peut représenter 20%, 30% ou 40% supplémentaires. Pensez aussi aux obligations à long terme de géants mondiaux tels que la chaîne de restauration rapide Yum-Brands, qui comprend Kentucky Fried Chicken, Pizza Hut et Taco Bell, ou la société d’informatique Dell. Celles-ci reversent actuellement des taux d’intérêt de 6 à 6,5% aux Etats-Unis. Aujourd’hui, investir dans ces secteurs est pour nous une évidence.

«Nos clients sont généralement prudents. C’est une attitude avisée dans un contexte tendu.»

Sponsorisé

Ce contenu a été rédigé par le Commercial Publishing de Tamedia, en collaboration avec Genève Invest.

Lisez cet encadré si vous...

• …ne voulez plus laisser votre argent sur votre compte d’épargne

• …disposez de plus de 100'000 francs pour un placement

• …voulez obtenir un rendement attrayant dans un contexte de taux d’intérêt zéro.

Comment les investisseurs peuvent-ils obtenir un revenu en capital sûr, prévisible et attrayant en période de taux d’intérêt très bas ou négatifs? Les gérants de Genève Invest se sont penchés sur cette question et ont trouvé la réponse suivante: grâce à des investissements dans un portefeuille d’obligations soigneusement sélectionnées, émises par des sociétés auditées et saines dans différentes devises. Dans un passé récent, ces titres à revenu fixe ont généré des rendements mensuels qui étaient égaux ou supérieurs aux rendements annuels actuels des autres placements. Le groupe Genève Invest est une société de gestion de fortune agréée domiciliée à Genève et au Luxembourg. Elle est au service de clients privés et des entreprises dans plus de 40 pays. En plus d’investir dans des titres à revenu fixe, GI se spécialise dans le «Value Investing», la sélection et l’investissement dans des actions de qualité prometteuse. Depuis 2008, Genève Invest est l’initiateur du fonds Switzerland Invest Fixed Income High Yield, qui a reçu cette année le Lipper et le City-wire Fund Award dans la catégorie «High Yield Bonds Global».