Investir en Bourse, ça s'apprend.
Investir en Bourse, ça s'apprend. Image: iStock
Sponsorisé

Comment se former pour éviter les pertes catastrophiques?

Pourquoi est-il recommandé de se former aux marchés boursiers même si vous confiez votre prévoyance à un gestionnaire de fortune? C’est faire preuve de prudence et d’intelligence. On ne peut bien déléguer que ce qu'on connait bien.

Faire l’économie d’une formation aux marchés boursiers peut coûter cher même si vous faites appel à un gestionnaire professionnel pour gérer votre prévoyance. On ne peut bien déléguer que ce qu'on connait bien. Etre initié dans ce domaine permet de fixer des objectifs de rendement plus réalistes basés sur l’expérience. Sachant que vous pouvez juger ses résultats en profondeur, votre conseiller financier pourrait aussi travailler mieux, sans facturer des montants astronomiques ni chercher à abuser de votre méconnaissance des marchés financiers.

Les cours d’initiation à la Bourse ne feront pas de vous un spécialiste de la gestion de fortune mais ils vous rendront attentif à des paramètres dont n’a pas idée un non-initié. Si vous boursicotez par vous-même, une formation permet d’éviter les erreurs de débutant, souvent très coûteuses.

Faisons un calcul simple. Vous vous lancez en Bourse sans aucune formation. Avec la chance du débutant, vous pourriez transformer rapidement vos 10'000 francs en 15'000 francs. Ce n’est pas impossible.

Il est cependant davantage probable que vous vous retrouviez rapidement avec des pertes de 50% par exemple. Votre inexpérience vous aura coûté 5000 francs, partis en fumée en un clin d'œil. Si vous aviez appris le b.a.-ba de l'investissement, vous auriez pu protéger votre fortune en prenant quelques précautions élémentaires. En fixant par exemple des limites de vente à la hausse et à la baisse.

Vous pourriez transformer rapidement vos 10'000 francs en 15'000 francs. Ce n'est pas impossible.

Dans une gestion à court terme, vous pouvez décider de revendre vos actions par exemple après un gain de 20% ou après une perte de 10% sans attendre que le cours remonte dans l’espoir, souvent déçu, de vous refaire immédiatement. Cette stratégie, qui semble enfantine sur le papier, est difficile à appliquer lorsque votre propre argent est en jeu.

Au lieu de vendre après une première baisse, souvent l’investisseur moyen persiste. Il se dit qu’il va se refaire. Et il lui est de plus en plus difficile de changer de stratégie, même si, au lieu de remonter, le cours plonge de 20%, puis de 30%, puis de 40%, puis de 60% etc. Pourquoi s’entête-t-il alors qu’il court au désastre? C'est un phénomène psychologique bien connu. Encaisser une perte sèche a un coût émotionnel élevé. Plus la perte est élevée et plus il est difficile de vendre. Ce n’est pas seulement parce que l’ego en prend un coup. La décision d’arrêter les frais coûte également de plus en plus cher puisqu'en tenant bon, on perd une somme de plus en plus grande dont on a de la peine à faire le deuil.

Accepter un léger déficit constitue un gain pour deux raisons. D'abord, vous limitez la casse. Vendre à - 10% au lieu de - 50%, c'est plus économique. Vous évitez de voir s’évaporer 40% du capital investi. Une réaction rapide selon des paliers de sortie fixés à l’avance offre aussi de meilleures conditions pour un rebond.

Si votre capital a chuté de moitié, vous devez dégager non pas une performance de 50% mais un rendement de 100% pour retrouver votre mise de départ. Ce qui, à court terme, est difficile ou très risqué. Alors qu'après un recul de 10% de votre capital, il existe mathématiquement davantage de possibilités moins risquées de remonter la pente en obtenant une hausse modeste de 11,11% qui rétablit votre situation.

Sponsorisé

Ce contenu a été rédigé par le Commercial Publishing, en collaboration avec Genève Invest.

Lisez cet encadré si vous...

• …ne voulez plus laisser votre argent sur votre compte d’épargne

• …disposez de plus de 100'000 francs pour un placement

• …voulez obtenir un rendement attrayant dans un contexte de taux d’intérêt zéro.

Comment les investisseurs peuvent-ils obtenir un revenu en capital sûr, prévisible et attrayant en période de taux d’intérêt très bas ou négatifs? Les gérants de Genève Invest se sont penchés sur cette question et ont trouvé la réponse suivante: grâce à des investissements dans un portefeuille d’obligations soigneusement sélectionnées, émises par des sociétés auditées et saines dans différentes devises. Dans un passé récent, ces titres à revenu fixe ont généré des rendements mensuels qui étaient égaux ou supérieurs aux rendements annuels actuels des autres placements. Le groupe Genève Invest est une société de gestion de fortune agréée domiciliée à Genève et au Luxembourg. Elle est au service de clients privés et des entreprises dans plus de 40 pays. En plus d’investir dans des titres à revenu fixe, GI se spécialise dans le «Value Investing», la sélection et l’investissement dans des actions de qualité prometteuse. Depuis 2008, Genève Invest est l’initiateur du fonds Switzerland Invest Fixed Income High Yield, qui a reçu cette année le Lipper et le City-wire Fund Award dans la catégorie «High Yield Bonds Global».