Placer l'argent de la garantie de loyer serait un moyen d'assurer les vieux jours des Suisses.
Placer l'argent de la garantie de loyer serait un moyen d'assurer les vieux jours des Suisses. Image: iStock
Sponsorisé

Plus de 2 millions de locataires pourraient toucher gros à la retraite

En Suisse, 2,2 millions de ménages de locataires pourraient recevoir chacun un capital de 123'000 francs en moyenne à leur retraite si la loi autorisait la gestion privée des 8,7 milliards de francs de garantie de loyers qui dorment sur les comptes d’épargne bloqués rémunérés à presque 0%.

En Suisse, au moment d’emménager dans un nouveau logement, un locataire doit verser une garantie de loyer, l’équivalent de trois mois de loyer au maximum, sur un compte d'épargne bloqué auprès d'une banque durant toute la durée de la location. Il ne pourra récupérer ce dépôt qu'à condition d’avoir versé régulièrement les loyers et les frais annexes et de n’avoir pas occasionné de dégâts à l'objet loué.

Depuis des années, cet argent figé ne rapporte pratiquement rien, voire 0%. Et alors? Pourquoi est-ce important? Parce que, au niveau suisse, cela représente 8,7 milliards de francs bloqués sur des comptes d’épargne à rendement quasi nul, alors que cet argent dormant pourrait rapporter beaucoup plus s’il était placé. Le calcul est simple. Selon l’Office fédéral de la statistique, en 2017, la Suisse comptait 2,2 millions de locataires qui versaient un loyer mensuel moyen de 1329 francs et qui avaient déposé une caution de 3987 francs au maximum en moyenne.

Cela fait un total de 8,7 milliards de francs. S’ils pouvaient être placés avec un rendement annuel de 8%, un taux réaliste à long terme, ils pourraient se transformer en un montant de 279,9 milliards de francs au bout de 45 ans, la durée de la vie active. Ceci grâce à la puissance des intérêts composés, c’est-à-dire à l'ajout régulier des intérêts annuels au capital de départ. Cela permettrait de verser à chaque locataire la somme de 123'000 francs en moyenne au moment du départ à la retraite. Actuellement, la loi empêche de placer cet argent. Pourtant, les 270 milliards d’intérêts composés sont aussi perdus pour le système social. Grâce à eux, les locataires retraités pourraient en effet toucher en moyenne 1000 francs par mois durant dix ans. De quoi combler une partie non négligeable de la baisse de revenus subie à la retraite. Pour les moins riches, cela ferait une différence certaine.

Si ces 8,7 milliards de francs étaient placés avec un rendement de 8%, ils pourraient se transformer en 279,9 milliards de francs.


Evidemment, permettre à chaque locataire de gérer lui-même sa caution serait risqué et sans doute coûteux. Prises individuellement, ces sommes sont faibles, mais globalement, elles représentent une force de frappe financière qui donne accès à des frais moindres et à de meilleurs produits de placement. Ne pourrait-on pas imaginer une solution globale de gestion du capital collectif des locataires?

Des gestionnaires privés ou alors une caisse de pension nationale des locataires, à créer, ne pourrait-elle pas faire fructifier ces capitaux dormants afin de verser une rente additionnelle aux locataires arrivés à l'âge de la retraite? En tous cas, cette solution protège les intérêts du propriétaire qui pourrait continuer de ponctionner la caution en cas de défaut de payement du locataire.

En consultant un calculateur d'intérêts composés sur internet, chacun peut faire le calcul de ce qu’il perd en 45 ans d’intérêts composés. Le célibataire, par exemple, qui loue un studio 1000 francs par mois, doit immobiliser une caution de 3000 francs, qui bien gérée pourrait lui rapporter 90'000 francs au bout de 45 ans. Soit 90 mois de loyer ou 7 ans et demi de location. Perdus. Envolés. Ne mériterait-il pas de pouvoir jouir du fruit de son épargne forcée?

Sponsorisé

Ce contenu a été rédigé par le Commercial Publishing, en collaboration avec Genève Invest.

Lisez cet encadré si vous...

• …ne voulez plus laisser votre argent sur votre compte d’épargne

• …disposez de plus de 100'000 francs pour un placement

• …voulez obtenir un rendement attrayant dans un contexte de taux d’intérêt zéro.

Comment les investisseurs peuvent-ils obtenir un revenu en capital sûr, prévisible et attrayant en période de taux d’intérêt très bas ou négatifs? Les gérants de Genève Invest se sont penchés sur cette question et ont trouvé la réponse suivante: grâce à des investissements dans un portefeuille d’obligations soigneusement sélectionnées, émises par des sociétés auditées et saines dans différentes devises. Dans un passé récent, ces titres à revenu fixe ont généré des rendements mensuels qui étaient égaux ou supérieurs aux rendements annuels actuels des autres placements. Le groupe Genève Invest est une société de gestion de fortune agréée domiciliée à Genève et au Luxembourg. Elle est au service de clients privés et des entreprises dans plus de 40 pays. En plus d’investir dans des titres à revenu fixe, GI se spécialise dans le «Value Investing», la sélection et l’investissement dans des actions de qualité prometteuse. Depuis 2008, Genève Invest est l’initiateur du fonds Switzerland Invest Fixed Income High Yield, qui a reçu cette année le Lipper et le City-wire Fund Award dans la catégorie «High Yield Bonds Global».